chateau-la-tuiliere.de





La culteur

Les parcelles hors jardins sont attenantes ou très proches pour un total de 17,27 58 ha dont 13,25 58 ha de vigne et 4,02 ha de peupliers.
(Il y a en plus des droits de replantation de 0,6238 ha)

Une partie face aux bâtiments est sur un sol argilo-calcaire à dominante argile et parfois avec de la grave tandis que le plateau est typiquement argilo-calcaire. L’association de ces deux terroirs permet les assemblages typiques de La Tuilière. L’encépagement est classique : 60% de merlot, 35% de cabernet-sauvignon et 5% de malbec.

La culture est traditionnelle : labour, travail du sol, tonte interceps, traitements à minima caractérise une culture raisonnée.

La Tuilière est au seuil de la culture biologique et une conversion peut être envisagée dès maintenant.
Le peu d’enthousiasme de nos clients professionnels (en Allemagne notamment) nous a amené à retarder une procédure de conversion, d’autant que l’Europe vient de repousser sine die le volet bio de la vinification.
Les saisons 2008, 2009 et 2010 ont été travaillées sur les principes strictement bio pour essai.
Les météo exceptionnellement sèches en fin de saison, favorables à la qualité des millésimes, n’ont pas permis une approche complète, puisque l’expérimentation d’années pluvieuses n’a pas eu lieu.
Par contre il apparaît bien une diminution de rendement dont il faudrait tenir compte le cas échéant.

En 2000 la Tuilière s’est adjoint les conseils d’un ingénieur agricole ce qui a permis d’améliorer significativement la qualité de la récolte.
A cette même date, nous avons décidé de baisser volontairement le rendement de 62 vers 50 hl/ha, tout en mesurant précisément la superficie de chaque parcelle, tandis que nous avons rehaussé la hauteur de la vigne vers 2 m accroissant ainsi la surface foliaire et la maturité.
L’ensemble des parcelles est aux normes du nouveau cahier des charges de l’appellation (5000 pieds/ha) à l’exception d’une petite parcelle de vieux malbecs.

Le matériel est très récent, entretenu, les tracteurs ont un nombre d’heures peu élévé, le matériel de pulvérisation est aux normes puisque tout neuf.
Aucun investissement n’est à prévoir pour les prochaines années.

La coupe de la peupleraie arrive à échéance.
La présence de nombreux arbres autres que les peupliers fournissent amplement le bois utilisé dans les quatre cheminées des deux habitations.